Pause.

Publié le par La Mère Quelconque


Comme une envie de tout envoyer bouler. De partir, pour changer.
Je ne veux pas, je ne suis pas prête, on n’est pas prêt. Personne n’est prêt.
Je suis paumée, comme en 84, à ne pas savoir ce que sera la suite… Il se passe quoi, après ?
Les sanglots sont forts, ils m’ont submergée lundi. Terrible tsunami de désespoir, que les étincelles de mon sapin n’ont pas su calmer. La fatalité est une salope, elle s’amuse de nous voir nous débattre dans la mélasse qu’elle laisse derrière elle.
Je me pose mille et une questions. Je ne sais pas faire face… Je ne sais plus je crois.
On a besoin de soutien, on a besoin l’un de l’autre. Les enfants comprennent beaucoup mieux et semblent avoir une faculté que je n’ai pas, une résurgence que je leur envie.
Cette résurgence, je l’ai eue souvent, mais là… Elle me laisse sur le carreau.
Moi, je me sens anéantie, avant même une quelconque échéance.
Les mots ne sont jamais clairement dits, la médecine nous refuse de savoir.
Ce n’est pas nous, mais voilà…
Mamie est fatiguée.
Cancer.
et c’est compliqué.
Compliqué.

Bouffons ces jours qui viennent comme s’il s’agissait de la dernière nourriture au monde…
En profitant, en riant, en essayant, en cachant. Alors on est tendu vers un point pour se confondre dedans, pour l’inonder de plein de bonnes choses, parce que merde, c’est pas possible.
Elle m’a offert des bras chargés d’amour inconditionnel… Et j’espère que ça durera encore…
Demain, le jour se lève, encore.
Demain, on va avancer, parce qu’il faut .
Et puis moi je prie un peu, parce que ça me fait du bien.
Je pense à vous…
Claudine.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chanelle 10/04/2018 13:11

c'est très touchant...
beaucoup de courage

GToch 10/12/2017 19:10

Ces six lettres, même en minuscule feraient peur à n'importe qui...
Plein de courage à Vous <3