Vous reprendrez bien un peu de grossophobie?

Publié le par La Mère Quelconque


18h12, un jour quelque part sur la planète Facebook.

‘Ment pas ya pas de pull qui sont trop large pr toi mdrrr’

Un peu sortie de nulle part, une claque virtuelle est balancée à la face d'une copine. 
Je ne peux pas vous expliquer ce que ce message envoyé à cette copine a pu remuer en moi.
Je ne sais pas vraiment expliquer que je me sois sentie agressée moi aussi alors que je n’avais rien à voir avec la conversation de départ.

Un groupe de vente de moyens de portage, des mamans ‘bienveillantes’, du portage/partage à la sauce facebook. Quelle veste de portage choisir – ah ben y en a sur wish à 10€ - super, je vais commander – tu pe commandé et dir ta pas ressu lol et tu sera renboursé et tora une veste gratuite

Voilà en version succincte le début de la conversation. Le dernier message n’était peut être pas écrit comme ça, mais il sentait bon l’orthographe frelatée et la grammaire décédée. Je passe sur la ponctuation, elle a pas du naître. Bref, ça sentait le troll.

Une amie qui répond simplement que plutôt que d’arnaquer wish, on pouvait prendre un pull large et s’en servir pour porter au chaud, ça fait faire des économies, quitte à économiser…

Et hop. Ce ptit message. Impossible d’y répondre. Bloquée.

Choquée, elle m’en parle. Après avoir lu des choses déjà lourdes sur le même genre de thème dans la journée, ça a été la goutte qui a fait déborder son vase.

Elle qui essaie d’être ouverte et attentive à l’autre. Et qu’importe l’autre. Dans son entier, dans ce qu’il est ou qu’il n’est pas. Pour elle, l’autre a de la valeur. Et par ce message bourré de fautes, bourré de mépris et de moquerie, bourré de connerie surtout, on arrive et on la gifle. Gratuitement.
Bah oui, j'ai compris pourquoi je me suis sentie autant agressée qu'elle en fait.  

Je me suis revue à 6 ans, avec la médecin de l’école qui écrit en grand dans mon carnet de santé et qui le dit tout fort devant les autres élèves : ‘T’es grasse toi, faut dire à tes parents de te mettre au régime !’

Je me suis revue à 8 ans, me battant dans la cours avec un garçon de ma classe qui me maltraitait depuis des mois en me disant que j’étais une grosse vache.

Je me suis revue à 10 ans, insultée par ma mère, me promettant que je ferai 120 kilos de graisse pure tellement j’étais dégueulasse.

Je me suis revue à 11 ans, blessant un élève de 6è qui venait de m’appeler pour la 50è fois Bouli dans la même matinée en riant toujours plus fort et que je voulais juste faire taire.

Je me suis revue à 13 ans, mise de côté parce qu’on ne parle pas aux grosses.

Je me suis revue à 14 ans, pleurant dans les vestiaires au sport parce que la prof venait de me balancer ‘tu t’assieds sur le lavabo, avec le cul que t’as ?!’

Je me suis revue à 16 ans, pleurant dans ma chambre parce que le mec qui me plaisait m’avait simplement répondu qu’il n’aimait pas les grosses.

Je me suis revue à 18 ans, insultée dans le tram de grosse blonde, sans aucune raison.

Je me suis revue à 23 ans, mon bébé dans sa poussette, me faire insulter en sortant du métro, parce que je m’étais assise et que la femme à côté de moi se sentait oppressée.

Je me suis revue à 24 ans, insultée depuis des années par un membre de ma famille, de grosse vache dégueulasse.

Je me suis revue à 26 ans, rabaissée par le père de mes enfants, parce que grosse comme j’étais jamais je ne retrouverai de mec si je le quittais.

Je me suis revue à 30 ans, devant mon fils, et lui de m’expliquer que son copain lui disait ‘ta mère est grosse !’ et que comme il a répondu ‘oui et alors ?’ que la discussion s’était arrêtée là.

Je me suis revue à 31 ans, insultée comme des milliers de rondes en découvrant l’article immonde de Marie Sigaud « Cette grosse qui remue me révulse : je ne supporte pas la pub Castaluna. »

Je me suis revue à 32 ans, avec ce sentiment d’humiliation quand une amie m’a dit ‘ça me fait de la peine pour toi que tu sois comme ça.’ 

Je me suis revue à 34 ans, à quelques jours d’accoucher, après avoir pris seulement 4 kilos durant ma grossesse, me faire reprocher ‘tout ce gras là, le bébé descendra jamais correctement, et si y a une urgence, ça sera la cata.’ Mais pas dit trop fort, dans la pièce à côté, juste assez pour que je l’entende.

Je me revois il y a quelques mois, toute heureuse avec mon nouveau bébé miracle, et ayant vent de ce que l’on pensait réellement de moi et surtout de mon physique.

Ce n’est pas vraiment une claque, parce que bon, je vis avec ça, jour après jour. Et ce ne sont que des exemples. De tous petits exemples... 
Une suite qui ne s’arrête jamais de jugements de valeur, comme si l’extérieur devait guider l’intérieur. Comme si je ne savais pas m’occuper de moi, ou que je le faisais exprès (Oh, really ?!). Comme si j’étais grosse juste pour qu’on en parle en fait.

Je suis encore une fois en pleine période ‘detox’ (ça fait bien hein de dire detox, nan ? J’ai un teatox jour et un teatox nuit, je me vide les intestins parce que je me nettoie le côlon, je fais le programme soupe, j’ai des barres hyperprotéinées, je bois 2 litres et demi d’hépar par jour, j’ai perdu 3 kilos en 3 jours et j’ai l’impression d’être une espèce de cachalot immonde qui ne mérite pas de sortir de chez elle mais JE PRENDS SOIN DE MOI, JE SUIS DANS L’ACTION lolilol) et pour bien faire mes règles se sont pointées en avance (et oui, je parle de règles et j’aimerai que quelqu’un m’indique le bureau des réclamations, ELLES N’ONT PAS LE DROIT D’ARRIVER EN AVANCE BORDEL) donc je peux vous dire que le sujet reste sensible, j’en suis détachée, mais ça me touche. En gros  (ah ah), la société me renvoie une image complètement immonde de moi. Depuis 30 ans. Et ça continue, il y a toujours quelqu’un que cela va amuser.

Aujourd’hui, c’est sur ma copine que c’est tombé.
J’ai cru que c’était un troll. Tout concordait ! la façon de faire, la classe dans la réponse, tout ! Et en fait pas du tout.
Cette dame propose même d’aller croquer les os de nos morts sur son profil FB (magie des rézosocio, on trouve plein de choses) (et j’avoue que je sais pas trop d’où sort cette expression distinguée mais bon). Donc non, ce n’est pas un troll.

Fascinante déchéance.

Pourtant, tout ne partait que d’un pull. Trop grand. Qui permettrait de porter son bébé contre soi au chaud, en attendant de se trouver une veste de portage. PORTER SON BEBE CONTRE SOI DANS UN PULL. 
Sur un groupe de portage/partage/bisounours et sucre d’orge. Pourtant je le sais hein, la ‘bienveillance’, c’est 85% d’apparence sur FB. La plupart ne savent pas ce que c’est et se complaisent dans ce qu’on dénonce partout : le harcèlement, les ragots, la mesquinerie. L’humiliation. Le racisme. La grossophobie. L’élitisme.

Fascinante déchéance je vous dis.

Oui, je sais, je grossis le trait (ah ah ²). J’ai rencontré des gens super, une minorité qui me fait du bien au cœur, qui m’accepte comme je suis, nature, franche, directe, sensible, décalée. Je m’aime en fait et je n’suis pas folle vous savez ? XD

Alors toi, aujourd’hui, avec tes mots méchants, ta petite vie qui doit être follement passionnante, et ta façon de te cacher derrière ton écran, en bloquant immédiatement la personne sur qui tu as déversé ton fiel, je ne vais pas te faire la morale, vu le niveau, tu vas pas forcément comprendre.
Mais je peux déjà te dire une chose qui est certaine.
Et je peux dire la même chose à toutes les personnes qui m’ont un jour jugée sur mon physique.

Je te conchie.

Publié dans Pensées, Moi, évolution

Commenter cet article

Nadia 26/10/2016 11:14

Y'a des cons... Faut se dire qu'ils s'auto-punissent de leur propre bêtise, ça doit piquer au quotidien d'être mauvais comme ça !

La Mère Quelconque 26/10/2016 11:47

Je leur souhaite de réaliser, un jour!

Julie 21/10/2016 15:56

Bravooooooo !!!

No 20/10/2016 20:22

Merci pour ce témoignage.. merci de dénoncer tout ceci.. cette société où tout devrait être parfait et les femmes devraient toutes faire du t36 fillette.. merci.. de la part d'une ancienne grosse harcelée, malmenée, pointée du doigt... mise à l'écart.. moquée... à cause de son poids.
Merci d'être belle et naturelle, tu nous fait du bien ❤

La Mère Quelconque 20/10/2016 21:11

Je suis pas belle, mais oui, je suis naturelle, ça c'est sur... J'aimerai bien juste qu'on finisse par me laisser gérer ça toute seule, sans pression! Utopie?...
Bisous ;)