Au revoir BdC (2)

Publié le par La Mère Quelconque

Les jours ont ensuite filé. Comme plein de petites comètes. Après le gros bad du mercredi soir, le jeudi a été pluvieux. Pas vraiment folichon de se promener sous la pluie, il faut avouer... Alors on a fait un peu les courses, on a un peu traînassé, mais franchement, avec le vent, c'était pas la joie. Une gaufre au chocolat plus tard, on était bien.

Le vendredi, miracle! Le soleil refait enfin une apparition remarquée, il fait presque chaud! Allez, on y va, on part se promener pour de bon, à Mers-les-bains puis à Eu. A Eu, il y a une petite chapelle, que l'on voit depuis la route, que je vois chaque fois, et chaque fois je me dis 'Pas grave, on ira la prochaine fois...' Mais là, il n'y aura peut être pas vraiment de prochaine fois. Alors on s'arrête, on achète un Neufchatel, d'autres fromages, du beurre frais. On prend une carte, des timbres, des magasines. Et on demande où se situe cette chapelle.

Pas si loin que ça... La Chapelle St Laurent.

On profite de ce spot unique en privilégié: personne à des kilomètres, on est seuls, c'est tellement grisant... On peut partir quand on veut, rester tant qu'on veut. On est quand même libre en fait.

Je regarde Mathilde faire le tour de l'édifice et courir après son père, c'est adorable de la voir partir sans peur vers l'inconnu. Je pense à mes grands, qui me manquent, là, à l'instant. Ils m'auront manqué chaque jour.

Ce matin là, en tentant d'aller jusque St Edith avec Mathilde (oui, tenter est le mot juste, elle a fini par se jeter par terre genre 'non, je te donnerai pas la main...' et se manger un joli caillou sur le front, chouette...) j'ai vu des écureuils et je ne sais pas pourquoi mais c'est une véritable obsession pour moi, j'adore les leur montrer. Bref.

On se décide à repartir, vers Mers, faire faire du toboggan à cette poulette avide de sensation du haut de ses 75cm. C'était chouette, sans stress.

Le samedi n'a pas été notre copain. La pluie s'est réinvitée. On a finalement mangé au funiculaire, parce qu'après tout, c'est l'occasion de se faire plaisir les vacances, non? Mathilde n'a pas daigné goûter les moules, mais a picoré quelques frites; vous pouvez me jeter des cailloux ah ah! Ah non, y a eu pire depuis c'est vrai... Au loto de l'association de parents d'élèves, j'ai tourné la tête quelques minutes et elle a disparu... Mais vraiment hein! On l'a retrouvée en 6/7 minutes, dans les toilettes avec une autre petite fille. Trouille intense et gros sentiment d'échec... Et puis bon, après tout, je ne suis pas faillible hein! Un peu comme ce même jour où après la tétée, elle nous a fait une vie de voleur pour boire... Du coca. Fatalement, devant tout le monde, sinon, c'est pas drôle XD Bref, voilà, côté mauvaise mère, vous pouvez vous délecter de ça, c'est déjà pas mal! Donc quelques frites plus tard, on s'est repris un peu de pluie tout là haut près du calvaire du funiculaire du Tréport. Et puis on est rentré.

J'ai allumé un feu dans la cheminée. Je me suis dit que ce serait chouette de ne pas partir sans en faire un, et puis on avait trouvé du petit bois le mercredi alors...

Alors je l'ai allumé. Un peu contente et un peu triste.

On s'est couché pas trop tard le samedi soir, dans les lits un peu froid là haut. Mathilde s'est écroulée comme une masse, après son après midi toboggan. Une tétée de 5 secondes, record absolu!

On est reparti le dimanche, non sans avoir équipé le bouchon de la cuve à fioul d'un système antivol artisanal plus dissuasif que réellement antivol, après avoir fait le tour de la maison, coupé les hortensia, regardé la mer à travers les arbres. Je suis une passéiste je crois bien, j'aime tellement ces endroits plein de souvenirs, pleins de nostalgie. Peut être parce que je n'ai pas ça chez moi. Pas d'endroit avec cette charge émotionnelle, peu de photos, peu de souvenirs palpables. Là bas, il y a les photos, les sourires, les gens qui se regardent et qui s'aiment et puis il y a un Nico tout petit qui fait ses premiers pas avec sa grand mère, qui vient chaque été voir sa Mémé Noisettes et puis qui profite de la mer et qui va manger des fruits de mer. Il y a des choses que je ne connais pas vraiment, et j'envie un peu ce bagage que je trouve si beau. J'ai du mal à me dire que certains puissent cracher là dessus sans vergogne, juste parce que leur propre vie ne leur plait pas... J'aimerai beaucoup que mes enfants aient un peu de ça. Pas un peu de cet endroit, non non... Un peu de son esprit.

Nous sommes repartis le dimanche donc, après une petite marche sur le Tréport avec Mathilde dans mon dos et une friture d'éperlans. Nous allions retrouver Faustin et Gabriel alors c'était la joie dans mon coeur de maman un peu vide.

Et en même temps, un peu la tristesse de ce que je laissais un peu là bas, l'image d'Epinal d'une famille qui évidemment a eu ses hauts et ses bas, mais qui s'aimait.

Je n'aime pas trop les adieux sur les quais de gare. Si ça se trouve, on y retournera un peu avant la dernière minute. Mais c'était un peu mon au revoir à cet endroit que j'aime beaucoup.

Alors au revoir, au revoir Bois de Cise.

Au revoir BdC (2)
Au revoir BdC (2)Au revoir BdC (2)Au revoir BdC (2)
Au revoir BdC (2)Au revoir BdC (2)Au revoir BdC (2)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article