Confiance.

Publié le par La Mère Quelconque

Confiance.



Elle n'avait pas de nom, juste un prénom. C'était 'Madame Delphine'.
Elle était blonde, elle avait un gentil sourire.
Je lui déposais ce jour là pour la première fois Faustin. Il avait 3 ans et demi.
Je voulais qu'il puisse nous dire s'il avait un problème. Alors j'ai attendu qu'il sache parler (et qu'il soit propre...).
Je me souviens de son petit tablier Oui-Oui. De ses grands yeux noirs plein de questions mais plein de curiosité.
De sa petite main qui sert fort fort la mienne.
Et de son au-revoir très digne, sans pleurer, à la porte de la classe.
De sa petite coupe de cheveux, de son tout petit corps un peu pataud, de ses petites chaussures.
Mon tout petit Faustin.
J'ai pleuré, sur la route du retour. J'avais les boules. Mon premier bébé, on me le prenait un peu.
J'avais pendant un an fait tellement avec lui: on avait appris les lettres, les chiffres, les couleurs, les formes, la nature, les fleurs...
Et puis quelqu'un allait prendre le relais.
Il fallait que je lui fasse confiance. A lui. A elle. A l'école.
C'était Madame Delphine.
Elle était blonde, elle avait un gentil sourire.
Voilà.
Ma première rentrée de maman, c'était il y a 10 ans.

(et en prime, la comptine qu'il récitait avant la sortie du soir ^^)

L'HEURE DES MAMANS (Tranches de vie - Moments d'école de Bernard Nardone.)

c'est bientôt l'heure des mamans
on est sage sur les bancs
on est pressé de partir
dépêchez-vous de venir

Nicolas, je vois ton papa
Elodie, je vois ta mamie
toi, Kader, il y'a ton grand frère
toi, Malou, il y'a ta nounou

il n'y a plus de mamans
y’en n'avait même pas avant
il ne reste que trois enfants
qui sont sages sur les bancs
encore une fois Balthazar
ta grande soeur est en retard
Michaël et Clémentine
vous restez à la cantine

Publié dans Pensées

Commenter cet article